“Comme les rois mages, en Galilée !”

La venue des mages, ou l’adoration des mages, selon l’intitulé de nombreux tableaux, est uniquement relatée par l’évangile de saint Matthieu (2,1-12). Mais d’autres textes développèrent ce récit, tant dans les apocryphes que chez les Pères de l’Église, avec une grande diversité.

La tradition s’est emparée de ces mages (nom donné aux prêtres de Perse, et plus largement aux savants, astrologues…) pour en faire des rois, en référence au psaume 72, 10-11 («Les rois de Seba et de Saba offriront des présents. Tous les rois se prosterneront devant lui») et à Isaie 60, 2-6 où sont évoqués l’or et l’encens. Au Ve siècle, Origène et saint Léon le Grand fixeront à trois leur nombre, en référence aux cadeaux : or, encens et myrrhe.

«Ayant été guidés par l’étoile vers la maison de Jacob jusqu’à l’Emmanuel, ils (les mages) firent voir, par les présents qu’ils offrirent, quel était celui qu’ils adoraient : la myrrhe signifiait que c’était lui qui, pour notre race humaine mortelle, mourrait et serait enseveli ; l’or, qu’il était bien le roi dont le règne n’aurait pas de fin ; l’encens, enfin, qu’il était le Dieu qui venait de se faire connaître en Judée et de se manifester à ceux qui ne le cherchait point.»

(Irénée de Lyon, Contre les hérésies III, 9,2).

Mais les commentaires sur ces présents sont d’une grande variété ; par exemple, dans un commentaire de Raban Maur (début IXe siècle) : «En effet, l’encens se rapporte au sacrifice, l’or au tribut, la myrrhe à la sépulture des morts. On peut encore les comprendre autrement, car ils sont emplis des mystères célestes. Dans l’or est montrée la rédemption précieuse de notre captivité ; dans l’encens, la fin des superstitions démoniques et le commencement du culte prochain de la vraie religion ; dans la myrrhe sont préfigurées la réparation de notre chair et la résurrection des morts. De même à l’or correspond la sagesse, à l’encens la puissance de la prière ; par la myrrhe est figurée la mortification de notre chair.»

Ou encore dans la Glossa ordinaria : «Nous offrons de l’encens si nous brûlons dans notre cœur les pensées charnelles par le zèle de notre prière. De l’or, quand nous brillons de la sagesse céleste. De la myrrhe, si nous mettons à mort les vices de la chair par l’abstinence.»

L’HUMANITÉ TOUT ENTIÈRE

Au VIIe siècle, les mages auront des noms et, au XVe siècle, leurs sont attribuée une origine différente : Melchior, le blanc, Gaspard, le jaune, et Balthasar, le noir, pour représenter l’humanité tout entière. On prend aussi l’habitude de représenter un vieillard, un homme d’âge mûr et un jeune homme, qui symbolisent ainsi les trois âges de la vie. Ces sages venus d’Orient représentent donc le caractère universel du salut apporté par le Christ, puisqu’il se manifeste ainsi aux nations païennes.

«Le salut qui devait être réalisé par le Christ concernait toutes les catégories d’hommes parce que, dit saint Paul, dans le Christ Jésus il n’y a plus ni homme ni femme, ni païen, ni juif, ni esclave ni homme libre (Col 3,11), ni d’autres différences. Et pour que cela soit préfiguré déjà dans la naissance du Christ, il a été manifesté à des hommes de toutes conditions. Car, comme le dit saint Augustin dans un sermon sur l’Épiphanie (sermon 202,1), les bergers étaient des israélites, tandis que les mages étaient des païens. Ceux-ci étaient éloignés, ceux-là étaient proches. Les uns et les autres se rejoignirent en se réunissant à la pierre angulaire. Il y avait aussi d’autres différences : les mages étaient sages et puissants, les bergers étaient ignorants et grossiers. Il s’est manifesté aussi à des justes comme Syméon et Anne, et à des pécheurs comme les mages ; il s’est encore manifesté à des hommes et à des femmes, comme Anne, afin de montrer que nulle condition humaine n’est exclue du salut du Christ.»
(Thomas d’Aquin, Somme théologique, Q.36, art.3).

PÈRE PASCAL BARDET

Nous contacter

Laissez nous un message !

En cours d’envoi
Diocèse de Reims - 2018 © Corinne Salmon - Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?