Edito de Mgr Eric de Moulins-Beaufort sur Noël

Voici l’édito de Mgr Eric de Moulins-Beaufort paru dans le numéro de décembre de la revue “Reims/Ardennes”

Dans quelques semaines, quelques jours, Noël sera là. Et moi, où serai-je ? Où en serai-je ? Noël célèbre la venue de Dieu le Fils en notre humanité. Il y est entré, il a assumé tout ce qui fait notre condition humaine, sauf le péché qui n’en fait pas partie, que nous avons ajouté et ajoutons chaque jour, un peu ou beaucoup. Il s’est fait l’un de nous et, désormais, à tout jamais, il nous appelle ses frères et ses sœurs et n’en a pas honte, quoi qu’il arrive.

Mais moi, suis-je vraiment prêt à l’accueillir ? Suis-je en état de célébrer sa venue par laquelle il se rapproche de moi, de nous, au maximum ? Peut-être que oui, peut-être que non. Le Seigneur, pour sa naissance, n’a pas trouvé de place dans la « maison commune ». En fait, il souhaite être accueilli au fond de nos cœurs, à l’intime de nos libertés à chacun. Notre fierté, notre joie, est de lui donner place en nous, de l’abriter un peu : par la mémoire en retenant quelques-unes de ses paroles ; par l’intelligence en cherchant à le connaître et à le reconnaître dans les autres ; par la volonté en allant vers lui et vers nos frères et sœurs.

 Que puis-je faire aujourd’hui pour donner un peu plus de place au Seigneur Jésus en moi ? Si mon cœur est occupé par la colère, comment puis-je faire un pas vers le pardon ? Si mon cœur est traversé par la tristesse, puis-je le regarder, lui, un peu plus et trouver de la joie à sa venue ? Si mon cœur est plein d’amour pour ceux avec qui je vais me réunir pour Noël, comment puis-je donner un peu d’amour à quelqu’un qui n’appartient pas à ce cercle ? Et si j’ai manqué beaucoup ou un peu au Seigneur, – et toujours, lorsque je le contemple, je dois reconnaître que je lui ai un peu ou beaucoup manqué, je peux aller le confesser et recevoir la joie d’être remis à neuf par lui, pour que le meilleur soit possible à nouveau.

Noël habille nos villes, les magasins ornent leurs vitrines, un village de petits chalets enserrent notre cathédrale comme au Moyen-Âge, des animations diverses occupent nos places, des gens viennent voir les crèches… La lumière des guirlandes transforme la nuit de l’hiver en une atmosphère rassurante, pleine de féérie, où le meilleur paraît possible. Nous disposons aussi nos cœurs, nos âmes. Noël n’est pas une douce illusion qui ferait oublier un léger moment les inquiétudes du temps présent. Noël est un fait : Dieu est venu parmi nous, Dieu vient habiter en nous parce qu’il veut nous faire place en sa maison éternelle. Puisse cette bonne nouvelle fortifier chacun de nous !  Saint Noël !

Nous contacter

Laissez nous un message !

En cours d’envoi
Diocèse de Reims - 2018 © Corinne Salmon - Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?