Quand les enfants préparent la crèche

En famille, quelques jours ou semaines avant Noël, la crèche prend forme pour accueillir Celui qui vient. Parfois, ce sont les parents qui la préparent, parfois les enfants prêtent leur concours. Et en paroisse ?

Dans les paroisses du secteur de Charleville-Mézières, pour certaines églises, le montage de la crèche est vécu avec les enfants de la catéchèse. Il ne s’agit pas de mettre « hors-jeu » les personnes qui depuis des années assurent ce service, mais de permettre aux enfants, avec leurs catéchistes, d’y apporter leur pierre. Lors d’une rencontre, les enfants réfléchissent et s’expriment sur le sens de Noël, de cette naissance étonnante. Ensuite, avec leurs accompagnateurs, ils essayent de mettre ces idées en œuvre, de les traduire en confectionnant la crèche, le décor qu’ils réalisent.

Une après-midi est prévue pour cela. Cette année, c’était le samedi 1er décembre. Avec les personnes chargées de la crèche, les enfants investissent des églises (une par groupe) pour mettre en forme la nativité avec ce qu’ils ont préparé, même si tout n’est pas réalisé à ce moment-là ; elle se construira pendant le temps de l’Avent. Puis tous les groupes se retrouves à Mézières pour un temps de prière, un temps de partage où chaque équipe va dire ce qu’elle a voulu  exprimer de ce mystère et sous quelle forme concrète. Ensuite seront distribuées les crèches à emporter chez soi, avec l’explication du chemin d’Avent. L’après-midi se termine avec le goûter. Ce temps festif est ouvert aux parents, frères et sœurs.

L’apport des enfants permet de renouveler l’approche ; l’an dernier, un grand tissu bleu sombre, en toile de fond, avait été recouvert de traits en papier métallique s’évasant vers le bas : les enfants voulaient signifier que la venue de Jésus était comme un feu d’artifice du ciel vers la terre ; et Jésus était, dans la crèche, comme sur un nuage… pour ne pas oublier sa divinité ; d’autres avaient mis dans la crèche des personnes qui les conduisaient à Jésus ; d’autres avaient fabriqué des boules dans lesquelles ils avaient écrit leurs souhaits, leurs prières…

Il y a de l’inventivité dans ces équipes, et elles donnent aux paroissiens de percevoir un accent de Noël. Les catéchistes ont vécu ce temps avec beaucoup de bonheur, et nous voyons combien le fait de mettre en image, de représenter ce qu’ils perçoivent du mystère aide les enfants à se laisser saisir par lui. Qui plus est, les enfants sont fiers de montrer à leurs parents ce qu’ensemble, ils ont réussi à exprimer

Pascal Bardet.

 

Nous contacter

Laissez nous un message !

En cours d’envoi
Diocèse de Reims - 2018 © Corinne Salmon - Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?