Journées du Patrimoine : visite de l’église de Seuil

Dans le cadre des Journées du Patrimoine, l’office de tourisme du Pays Rethélois et la paroisse Sainte Anne vous convient à découvrir ou redécouvrir l’église paroissiale Notre-Dame de Seuil, à travers une visite libre ou guidée, le :

dimanche 17 septembre 2017

Visite libre de 14 h 15 à 17 h 45

Visite guidée à 15 h 00

 

Renseignements au 06.18.50.06.62 ou eglisedeseuil@sfr.fr

 

____________________________________________________________

 

Église Notre-Dame de SEUIL

 

L’église Notre-Dame de Seuil, construite entre 1924 et 1926 par les architectes Nardonne et Caduff, est plutôt de style art déco. Elle remplace la précédente détruite par les bombardements de 1918. La précédente église datait surtout des XVème et XVIème siècles. Elle possédait des grandes orgues et avait été considérablement restaurée vers la fin du XIXème siècle. Elle est de style art-déco, un style que l’on reconnait facilement à travers la frise qui court en haut des murs intérieurs, aux motifs géométriques visibles sur les poutres et les arcs de pierre ainsi que par le carrelage et les grilles de communion.

L’église actuelle a été bénite (et non consacrée) le 18 juillet 1926 par Son Excellence Monseigneur Neveux, auxiliaire de Son Éminence le Cardinal Luçon, assisté de Monseigneur Camu, Vicaire Général du diocèse de Reims. Au cours de cette cérémonie, a eu lieu également la bénédiction de la cloche Marie-Henriette (la plus petite). Les cloches Marie-Louise-Élisabeth (la plus grosse) et Gillette-Marie-Marthe (la moyenne) avaient été bénites le 5 avril 1926 par l’Abbé Vigneron, curé de la paroisse. Le Maître-autel a été construit en 1929 et a été béni le lundi de Pâques 1929 par l’Abbé Satabin, Archiprêtre de Rethel.

Orientée Est-Ouest, sa construction en forme de croix latine est dotée de deux chapelles latérales : la chapelle de la Sainte Vierge dans le bras gauche du transept et chapelle des fonts baptismaux dans le bras droit du transept.

De l’ancienne église, ne subsistent que le grand portail et la rose de la façade ouest.

  • Le portail date du XIIème siècle, pour ce qui concerne les voussures. Il appartient à la transition entre l’art roman et l’art gothique et a été restauré en 1879.
  • Les culots sculptés représentent Clovis et Clotilde. Ils ont été ajoutés au XIXème siècle.
  • La rose ayant été considérablement restaurée en 1879, il est difficile de la dater avec précision. Bien qu’elle rappelle certaines roses du XIIème siècle, il est fort probable qu’elle date du XVIIème siècle.
  • En revanche la croix pattée du pignon est contemporaine. Elle date de 1926.

À l’intérieur, on peut observer plusieurs éléments du mobilier de l’ancienne église :

Dans la nef :

  • Vierge des douleurs, Christ en Croix et St Jean provenant de l’ancienne poutre de gloire. Époque XVIème siècle.
  • Chaire en grande partie du XIXème siècle. Cependant, deux panneaux de la cuve sont du XVIIIème siècle. Il manque le dorsal. À noter la colombe sous l’abat-voix, posée en 2010, œuvre du sculpteur alsacien Bernard Ledermann.
  • Confessionnal du XIXème siècle.

Chapelle de la Ste Vierge :

  • Huile sur toile du XVIIème siècle représentant une Déploration de Croix. Il s’agit d’une œuvre de l’école française, copie d’un tableau de Van Dyck. Il a été restauré en 2010 par Christian Vibert et Uwe Schaeffer de Reims.
  • Trois statues en bois : Saint Éloi (XVIIIème siècle), Vierge à l’Enfant et Saint Évêque (Saint Blaise ?) du XIXème siècle.
  • Autel en bois du XIXème siècle. Sur l’avant de cet autel, on peut remarquer un médaillon représentant l’institution du Saint Rosaire : La Sainte Vierge remet le Rosaire à Saint Dominique.

Dans le chœur :

Stalles en bois sculptées du XVIIIème siècle. Au total 17 sièges dont les miséricordes, d’inspiration végétale, sont toutes différentes les unes des autres. La balustrade ajourée des deux bancs droits a été ajoutée ultérieurement. Dans ces stalles prenaient place principalement les marguillers.

Le maître-autel ainsi que les fonts baptismaux et le chemin de Croix sont quant à eux contemporains de la nouvelle église :

  • Le maître-autel a été béni le 2 Avril 1929 par l’abbé Satabin, Archiprêtre de Rethel. Sur l’avant on remarquera une copie de la Cène de Léonard de Vinci. Les fresques qui l’entourent, de style art-déco, représentent : l’Agneau Mystique, les évangélistes, les vertus théologales, les symboles eucharistiques et l’alliance entre l’Ancien et le Nouveau Testament.
  • Les fonts baptismaux en mosaïque datent de 1938. Ils ont été restaurés en 2007 par Olivier Morassi avec de la mosaïque venant d’Italie (mosaïste Paolo Zavagno, province de la Vénétie).
  • Le chemin de Croix est en stuc. Les stations I et XII ont été détruites au cours de la seconde guerre mondiale. Elles ont été remplacées en 2006 par des photos du chemin de Croix de l’église de Juzancourt.
  • Les vitraux du chœur datent de 1956. Ils sont l’œuvre de Charles Marq (ateliers Simon à Reims). L’artiste a choisi de développer le thème de la Genèse.

Dans la chapelle des fonts baptismaux, on peut admirer un vitrail commémoratif de la 1ère guerre mondiale. La lancette de droite représente une déploration de Croix. Celle de gauche, des poilus partant au combat : symbolisme caractéristique entre le Christ donnant sa vie pour sauver les hommes et les poilus donnant la leur pour sauver la patrie. Cette œuvre du vitrailliste Jean-Marc Paguet de Vouziers est une copie à l’identique du précédent vitrail (œuvre de René Crevel) détruit en 1940. Il a été béni le 22 Septembre 2012 au cours d’une messe pontificale célébrée par S. Exc. Monseigneur Joseph Boishu, Évêque auxiliaire émérite de Reims, en présence de M. l’Abbé Oudinot, curé de la paroisse et M. l’Abbé Pinard, secrétaire de la commission diocésaine d’art sacré.

Les cloches :

Elles sont au nombre de trois. Les deux plus grosses ont été baptisées le 5 Avril 1926 par M. l’abbé Vigneron, alors Curé de la paroisse. La plus petite a reçu le baptême des mains de Mgr Neveux le 18 Juillet 1926 et on peut y lire l’inscription suivante : «Comme mes deux sœurs, je chante la gloire du Seigneur, le sacrifice de nos héros, leur victoire sur l’envahisseur» : autre hommage rendu aux poilus.

À signaler dans la sacristie, une quinzaine de chasubles romaines de forme française, datant pour la plupart du XIXème siècle. Le bicorne du Suisse (ou bedeau) découvert dans le clocher en 2006 date du XVIIIème ou XIXème siècle. Il a été restauré par la Maison Pouyanne de Paris en 2007.

À l’extérieur :

  • Dans le cimetière, deux sépultures d’anciens curés de la paroisse :
    • Jean Nicolas Masseau, curé de 1827 à 1877.
    • Robert Chéon, d’abord vicaire du précédent puis curé de 1877 à 1891.
  • Le long de la nef : la croix du cimetière en fer forgé datant de la fin du XVIIIème siècle ou début du XIXème siècle.
  • Devant l’église, un grand calvaire datant de 1937 remplace le calvaire en bois qui avait miraculeusement résisté aux bombardements de 1918 mais n’a pas résisté au temps.

 

Source Olivier Morassi – 2014 –

Pour tous renseignements complémentaires, écrire à : eglisedeseuil@sfr.fr

 

 

 

Nous contacter

Laissez nous un message !

En cours d’envoi
© Diocèse de Reims - 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?