Au départ de l’Archevêque, quels scénarios ?

Plusieurs solutions s’offrent à l’Église

1 – Étant dûment informés du départ de l’Archevêque, le Nonce et le Pape ont pu anticiper la nomination du successeur et le jour où Mgr Jordan quitte le diocèse, nous apprenons le nom du nouvel Archevêque.

2 – Ou bien, souhaitant avoir plus de temps pour pourvoir le siège de Reims, le Pape  nomme un administrateur apostolique. Généralement un évêque. Cela peut-être un évêque déjà en responsabilité, un évêque émérite ou l’évêque auxiliaire du diocèse.

3 – Ou encore, le Pape peut laisser faire les institutions qui prévoient une solution locale en attendant la nomination du nouvel Archevêque. Un groupe de prêtres issus du conseil presbytéral que l’on appelle le collège des consulteurs se rassemble dans les huit jours après le départ constaté de l’Archevêque et élit un administrateur diocésain, évêque ou prêtre.

Si un administrateur est nommé ou élu, ce dernier gère les affaires courantes du diocèse. Il ne peut prendre d’initiatives majeures. Pendant ce temps, la responsabilité de l’évêque métropolitain échoit à l’évêque suffragant de la province le plus ancien par promotion. En l’occurrence, il s’agit de Mgr Marc Stenger, Évêque de Troyes, qui assurera le rôle de “frère aîné” de ses confrères évêques en attendant le nouvel Archevêque.

Comment devient-on évêque ?

Les évêques sont les successeurs des Apôtres de Jésus-Christ. Pour être apôtre, il fallait pour cela avoir été directement choisi par Jésus ou du moins l’avoir accompagné tout le long de son ministère public depuis son baptême jusqu’à son ascension au ciel. Pour réaliser leur mission, ils se sont donné des collaborateurs qui étaient retenus pour leur bonne réputation, leur sagesse et leur foi. La prière de l’Église et l’imposition des mains achevaient de faire de ces hommes des évêques, des prêtres ou des diacres. Évidemment, tout ne s’est pas réalisé de manière aussi limpide mais on peut dire que la façon dont l’Église vit aujourd’hui trouve ses racines dans les intuitions des Apôtres éclairées par l’Évangile.

Aujourd’hui, la succession ininterrompue des évêques se poursuit en France selon le processus suivant. Les évêques en fonction sont sollicités pour signaler au nonce apostolique à Paris des prêtres susceptibles de partager la charge épiscopale. Celui-ci réalise une enquête discrète autour de celui qu’on appelle le “candidat” alors qu’il n’est pas au courant lui-même. En fonction du diocèse qui a besoin d’un nouvel évêque, le nonce envoie trois noms à la Congrégation pour les Évêques à Rome. Ces derniers font les vérifications d’usage et proposent les trois “candidats” avec un ordre de préférence au Saint-Père. Librement, le Pape choisit l’un des trois. Il peut, éventuellement, tous les récuser et demander que l’on recommence la procédure.

Lorsque le Pape nomme un nouvel évêque, l’information redescend à la nonciature. La candidat est alors informé de sa nomination qu’il peut éventuellement refuser mais il est fermement invité à l’accepter au nom de l’obéissance qu’il a déjà promise à l’Église le jour de son ordination presbytérale.

S’ensuit alors une période de discrétion au cours de laquelle l’État est informé de la nomination du nouvel évêque et où l’on prépare les dossiers de presse pour coordonner la publication de l’information entre le Saint-Siège, la Conférence des Évêques de France, le diocèse d’origine du prêtre et le diocèse qui l’accueillera comme son nouvel évêque.

Vient alors la grande célébration de consécration du nouvel évêque dans sa cathédrale. Le prière de l’Église et l’imposition des mains des évêques qui l’entourent ce jour-là achèvent le processus.

La plupart du temps, lorsqu’il s’agit de trouver un Archevêque, le Pape choisit un évêque expérimenté. Auquel cas, il viendra d’un autre diocèse de France. La messe dans la cathédrale devient alors une célébration d’installation où, après la lecture de la lettre de nomination signée par le Pape, le nouvel Archevêque est conduit à son siège.

Mgr Bruno Feillet

Nous contacter

Laissez nous un message !

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?