Histoire du diocèse

BRÈVE HISTOIRE DU DIOCÈSE DE REIMS


Le diocèse de Reims fut fondé au milieu du IIIème siècle par Saint Sixte.

Vers 400, Saint Nicaise fonde sa cathédrale à l’emplacement actuel et la dédie à Marie Mère de Dieu. La liste épiscopale était reconnue comme sûre par Mgr Duchesne.

Saint Remi sera l’un des premiers grands évêques avec la préoccupation de faire pénétrer la foi dans les campagnes, c’est lui qui baptisera Clovis à la fin du Ve siècle. Les écoles et les écolâtres de Reims seront célèbres : Saint Bruno et Gerbert, le pape Sylvestre II. De nombreuses maisons religieuses vont couvrir le diocèse, en particulier bénédictins et cisterciens. La fin du XIIe et le XIIIe verra la terre se couvrir d’églises à la campagne comme en ville. On connaît la cathédrale Notre Dame, les abbatiales de Saint Nicolas et de Saint Remi comme celle de Mouzon.

Le Concile de Trente eut des répercussions dans le diocèse avec la personnalité du Cardinal Charles de Lorraine, la fondation de l’Université et du premier séminaire de France. Au XVIIe siècle ce sera la fondation des écoles pour le peuple et les campagnes avec le Bienheureux Nicolas Roland et Saint Jean Baptiste de la Salle.

La révolution sera une véritable rupture et la reprise du XIXe siècle sera importante avec l’activité du Cardinal Gousset et du Cardinal Langénieux qui porta l’activité sociale de l’Eglise dans son diocèse et en France.

Mais la première guerre mondiale fit de nombreux dégâts dans un diocèse coupé en deux par la ligne de feu. L’entre-deux guerres fut une période de restauration matérielle et spirituelle …

C’est en 1945 que fut signé l’armistice à Reims, et la réconciliation France-Allemagne fut scellée en 1962 avec De Gaulle et Adenauer.
Mgr François Marty était alors Archevêque de Reims. C’est lui qui, pendant le concile Vatican II, donna au diocèse un nouvel élan.

Cette vitalité de l’Église s’est récemment manifestée lors de la visite du Pape Jean-Paul II le 22 septembre 1996, et la Célébration du 15ème Centenaire du Baptême de Clovis.

Mais plus proche de la vie des chrétiens, une démarche synodale sur les “Nouvelles Paroisses” (On passe de 600 à 80) invite tout le peuple de Dieu à être actif et responsable de la vie de l’Église.

 

 

Liste des évêques et archevêques de Reims

 

Évêques de Reims

v.260 : Saint Sixte (1er évêque)
v.280 : Saint Sinice († 286)
v.290 : Saint Amanse, Amance ou Amand
av.300-apr.327 : Betause ou Imbétausie († 327)
328-340 : Aper, Appert ou Evre († 340)
???- ??? : Dyscolie
348-359 : Saint Maternien († 368)
361-389 : Saint Donatien († 389)
390-394 : Saint Vivent ou Vincent († 394)
394-400 : Sévère († 400)
400-407 : Saint Nicaise († 407)
407-441 : Baruche ou Parucie († 441)
441- ??? : Barnabé
???-459 : Bennade ou Bennage, Bernage († 459)
459-533 : Saint Remi († 13 janvier 533)
533-535 : Saint Romain († 535)
535- ??? : Flavius
???-550 : Mapinius († 550)
550-590 : Gilles ou Aegidius
590-593 : Romulphe († 593)
593-631 : Sonnace († 631)
631-641 : Leudégisile († 641)
641-646 : Anglebert († 646)
646-649 : Saint Landon († 649)
649-673 : Saint Nivard
673-689 : Saint Rieul, Rieu ou Réol († 695)
695-717 : Saint Rigobert , déposé († 743)
744-748 : Saint Abel († 764)

 

Archevêques de Reims

748-795 : Tilpin ou Turpin († 806)
795-812 : vacance sur le siège épiscopal
812-816 : Vulfaire († 816)
816-835 : Ebbon , déposé († 851)
835-845 : vacance sur le siège épiscopal, Foulques est chorévêque
845-882 : Hincmar de Reims († 21 décembre 882)
882-900 : Foulques le Vénérable († 17 juin 900)
900-922 : Herivé ou Hervé († 922)
922-925 : Séulf ou Seuphes († 7 août 925)
925-931 : Hugues de Vermandois († 947)
931-940 : Artaud ou Artauld († 961)
940-946 : de nouveau Hugues de Vermandois (†947)
946-961 : de nouveau Artaud (†961)
962-969 : Odelric ou Odalric († 966)
969-988 : Adalbéron († 988)
988-991 : Arnoul de France ou Arnould († 1021) fils bâtard du roi de France Lothaire, déposé
991-995 : Gerbert d’Aurillac († 1003), devient ensuite pape sous le nom de Sylvestre II
995-1021 : de nouveau Arnoul de France ou Arnould (†1021)
1021-1033 : Ebles Ier de Roucy ou Ebale († 1033), comte de Roucy, comte de Reims en 1023
1033-1055 : Guy de Roucy ou Guy Ier de Châtillon († 1055)
1055-1067 : Gervais de Belleme ou Gervais de la Roche-Guyon († 1067)
1069-1081 : Manassès Ier († 1092), déposé
1083-1096 : Renauld Ier du Bellay († 1096)
1096-1106 : Manassès II de Châtillon († 1106)
1107-1124 : Raoul le Verd († 1124)
1124-1138 : Raymond de Martigné ou Renauld II († 1138)
1140-1161 : Samson de Mauvoisin († 1161)
1162-1175 : Henri Ier de France († 1175), frère de Louis VII
1176-1202 : Guillaume aux Blanches Mains ou Guillaume de Champagne (1135 – † 1202) : cardinal (1179), fils de Thibaut II comte de Champagne
1205-1206 : Le Bienheureux Guy Paré († 1206), cardinal (1190)
1207-1218 : Albéric de Humbert († 1218)
1219-1226 : Guillaume de Joinville († 1226)
1227-1240 : Henri II de Dreux ou de Braine (1193 – † 1240)
1244-1250 : Yves de Saint-Martin ou Juhelle († 1250)
1251-1263 : Thomas de Beaumets († 1263)
1266-1271 : Jean Ier de Courtenay-Champignelles (1226 – † 1271)
1274-1298 : Pierre Barbet († 1298)
1299-1324 : Robert de Courtenay-Champignelles (1251 – † 1324)
1324-1331 : Guillaume de Trie († 1331)
1336-1351 : Jean II de Vienne († 1351)
1351-1352 : Hugues d’Arcy († 1352)
1352-1355 : Humbert II , dauphin du Viennois († 1355)
1355-1374 : Jean III de Craon († 1374)
1373-1375 : Louis Thésait († 1375)
1375-1389 : Richard de Besançon († 1389)
1390-1390 : Ferry Cassine Ier († 1390)
1390-1409 : Guy de Roye († 1409)
1409-1429 : Simon de Cramand († 1429), cardinal (1413)
1413-1413 : Pierre Troussel († 1413)
1413-1444 : Renault de Chartres († 1444), cardinal (1439)
1445-1449 : Jacques Jouvenel des Ursins (1410 – † 1457)

 

Époque moderne (1453)

1449-1473 : Jean II Jouvenel des Ursins (1388 – † 1473)
1473-1493 : Pierre de Montfort-Laval († 1493)
1493-1497 : Robert Briçonnet († 1497)
1497-1507 : Jean Briçonnet († 1514), cardinal (1495) frère du précédent
1507-1508 : Charles Dominique de Carretto († 1514), cardinal (1505)
1508-1532 : Robert de Lenoncourt († 1532)
1533-1538 : Jean de Lorraine (9-4-1498 – † 10-5-1550), Cardinal (1518), fils de René II de Lorraine
1538-1574 : Charles de Guise (17-2-1524 – † 26-12-1574), Cardinal de Guise (1547) puis de Lorraine (1550), neveu du précédent, fils de Claude de Lorraine, 1er duc de Guise
1574-1588 : Louis II de Guise (6 juillet 1555 – † 24 décembre 1588), cardinal de Lorraine (1578), neveu du précédent, fils de François Ier, 2e duc de Guise
1592-1594 : Nicolas de Pellevé († 1594), cardinal (1570)
1594-1605 : Philippe du Bec († 1605)
1605-1621 : Louis III de Guise (22 janvier 1575 – † 21 juin 1621), cardinal de Guise (1615), neveu de Louis II de Guise, fils d’Henri Ier de Guise dit le balafré, 3e duc de Guise
1622-1629 : Guillaume de Gifford ou Gabriel de Sainte-Marie († 1629)
1629-1641 : Henri II de Guise (4 avril 1614 – † 2 juin 1664), neveu de Louis III de Guise, fils de Charles Ier de Lorraine, duc de Guise
1641-1651 : Léonore d’Estampes de Valençay († 1651)
1651-1657 : Henri II de Savoie-Nemours (1625 – † 1659)
1657-1671 : Antoine Barberini († 1671), cardinal (1627)
1671-1710 : Charles-Maurice Le Tellier (1642 – † 1710)
1710-1721 : François de Mailly (4 mars 1658 – † 3 septembre 1721), archevêque d’Arles (1697-1710), cardinal (1719)
1722-1762 : Armand Jules de Rohan-Guémené (1695 – † 1762)
1763-1777 : Charles Antoine de La Roche-Aymon (1697 – † 1777), cardinal (1771)
1777-1816 : Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord (1736 – † 1821), cardinal (1817), puis archevêque de Paris (1817)

 

Époque Contemporaine

1817-1824 : Jean Charles de Coucy (23 septembre 1746 – † 9 mars 1824)
1824-1839 : Jean-Baptiste de Latil (26 avril 1761 – † 1 décembre 1839), cardinal (1826)
1840-1866 : Thomas Gousset (1 mai 1792 – † 22-21-1866), cardinal (1850)
1867-1874 : Jean-François Landriot (9 janvier 1816 – † 8 juin 1874)
1874-1905 : Benoît Langénieux (15 octobre 1824 – † 1 janvier 1905), cardinal (1886)
1906-1930 : Louis-Joseph Luçon (28 octobre 1842 – † 28 mai 1930), cardinal (1907)
1930-1940 : Emmanuel Suhard (5 avril 1874 – † 30 mai 1949), cardinal (1935), puis archevêque de Paris (1940)
1940-1960 : Louis-Augustin Marmottin (11-03-1875 – † 9 mai 1960)
1960-1968 : François Marty (18 mai 1904 – † 16 février 1994), puis archevêque de Paris (1968), cardinal (1969)
1968-1972 : Jean-Marie Maury (22-05-1907 – † 5 janvier 1994)
1973-1988 : Jacques Ménager (24 juillet 1912 – † 13 mars 1998)
1988-1995 : Jean Balland (26 juillet 1934 – † 1 mars 1998), archevêque de Lyon (1995), cardinal (1998)
1995-1998 : Gérard Defois (5 janvier 1931 – ), évêque de Lille (1998)
depuis 1999 : Thierry Jordan (31 août 1943 – )

 

 

Quelques dates

v.250 : Saint-Sixte, premier évêque de Reims.
Martyrs de la Pompelle.
v.365 : Le consul romain Jovin se convertit au christianisme et se fait construire un tombeau en marbre exposé au Musée Saint-Remi.
386 : Passage de Saint Martin, évêque de Tours, à Yvois dans les Ardennes.
401 : Saint Nicaise, 10° évêque de Reims, venu d’Ephèse, dédie la cathédrale à Marie, Mère de Dieu.
407 ?  : Saint Nicaise est décapité devant la cathédrale.
498 : Baptême de Clovis par l’Evêque Remi.
533 : Mort de Remi à 96 ans, après un long épiscopat de plus de 70 ans.
Il est enterré dans une petite chapelle sur laquelle est construite la basilique actuelle.
Création du Duché de Champagne. L’Evêque de Reims devient Archevêque.
Parmi les Évêques de cette époque : Tilpin, le Turpin de la Chanson de Roland. Celui-ci appelle des Bénédictins près du Tombeau de Saint Remi.
816 : Sacre impérial de Louis le Pieux. Reims remplace Rome.
845 : L’Archevêque Hincmar (845-882), moine de Saint-Denis, termine la nouvelle cathédrale et revendique le privilège de sacrer les rois ; il développe les ateliers de copistes et d’enluminures : c’est la renaissance carolingienne.
972 : Gerbert fait rayonner la vie intellectuelle à Reims. Il devient archevêque de Reims (991-997) puis pape sous le nom de Sylvestre II (999-1003). Avec lui Reims rentre dans Rome.
1049 : Le pape Léon IX consacre l’abbatiale Saint-Remi et préside le concile qui inaugure la réforme grégorienne.
1077 : Bruno, écolâtre, quitte Reims pour aller fonder la Grande Chartreuse (1084). Plusieurs autres pays viennent présider des conciles à Reims malgré les difficultés des chemins.
1119 : Le pape Calixte II.
1131 : Le pape Alexandre II ouvre un concile au cours duquel il sacre le roi Louis VII.
1148 : Eugène III.
v.1210 : La cathédrale qui a brûlé est reconstruite en moins de cent ans (Jean d’Orbais, Jean Le Loup, Gaucher de Reims et Bernard de Soissons).
1219 : Arrivée des Clarisses à Reims, premières du Royaume.
1280 : Arrivée des Carmes. Robert de Sorbon (1201-1274), né dans un village de ce nom près de Rethel, maître de théologie à Paris, fonde le collège qui deviendra la Sorbonne.
1361 : Le comté de Champagne est rattaché au royaume de France.
1396 : L’empereur germanique Venceslas et le roi de France Charles VI se rencontrent à Reims dans un concile provincial avec comme objectif de trouver une solution au grand schisme. Gerson y participe.
Né aussi dans un village du rethelois (1363-1429) grand mystique (auteur présumé de l’Imitation de Jésus Christ), il fera autorité au concile de Constance sur cette grave affaire (1414). Pendant la guerre de Cent-Ans la ville de Reims tombe aux mains des Bourguignons.
17 juillet 1429 : Jeanne d’Arc, après la levée du siège d’Orléans amène le dauphin qui est sacré par l’Archevêque Regnault : il devient le roi Charles VII. Mais Jeanne d’Arc sera bientôt abandonnée ; prisonnière des Anglais, jugée et brûlée : elle a 21 ans. (1456 : réhabilitation ; 1909 : béatification ; 1920 : canonisation).
1481 : Un grave incendie endommage la cathédrale et interrompt la construction des clochers.
1537 : Pour réprimer la Réforme protestante, un bûcher flambe à Reims.
1538 : L’archevêque Charles de Lorraine (1538-1572) publie des statuts synodaux. Il fonde l’Université de Reims.
1561 : Avec le roi, il préside le colloque de Poissy.
1564 : Il ouvre le premier séminaire en France, en accord avec les décisions du Concile de Trente (1545-1563).
1562 : Le massacre de Vassy, en Haute-Marne donne le signal des guerres de religion qui se prolongent par la guerre contre l’Espagne.
1606 : Fondation de la ville de Charleville par Charles de Gonzague. Les Jésuites ouvrent des collèges à Reims, puis à Mouzon et à Charleville en 1663.
1634 : Arrivée de Reims des Sœurs de la congrégation Notre-Dame
1643 : Condé remporte la victoire de Rocroi.
1652 : Les armées ravagent la campagne. Vincent de Paul tente de soulager la misère. Il a laissé des lettres qui témoignent de la violence du temps.
1654 : Louis XIV est sacré à Reims. L’ordre est un peu rétabli.
1659 : Par le Traité des Pyrénées, Rocroi est rendu à la France.
1674 : Nicolas Roland, chanoine de la cathédrale, béatifié en 1994, ouvre quatre écoles pour les fillettes pauvres de la ville. Jean-Baptiste de La Salle, poursuit son œuvre à Reims et dans les Ardennes, à Mouzon (1679).
1689 : Il institut la Communauté des Frères des Écoles Chrétiennes, secourt les enfants déshérités et répond à un désir d’instruction grandissant et à un manque de maîtres qualifiés.
1789 : A l’aube de la Révolution, par leurs Cahiers de Doléances, les habitants font connaître leurs aspirations, en particulier pour un meilleur ravitaillement. Ils sont soutenus par le bas-clergé et la noblesse libérale.
Les évêques refusent le nouveau découpage départemental et doivent s’exiler.
Le serment exigé du clergé complique la vie scolaire : les réfractaires sont alors remplacés par des suppléant moins compétents.
1792 : Aux difficultés intérieurs s’ajoutent les tracas de la guerre, mais l’invasion est stoppée à Valmy (le 20 septembre).
21.1.1793 : Louis XVI est exécuté. La déchristianisation et les cultes révolutionnaires (à la déesse Raison, à l’Être Suprême) ont fermé un temps les églises.
1795 : Dès la date de Pâques, elles sont à nouveau ouvertes. Conflits entre prêtres jureurs et prêtres réfractaires.
L’université de Reims est fermée.
1804 : Un lycée ouvre. Les congrégations reprennent en mains les écoles élémentaires. A la fin de l’Empire de Napoléon 1er, la Marne est touchée par la campagne de France. De nombreuses maisons sont détruites. Le pillage s’ajoute aux réquisitions officielles.
1815 : Napoléon est vaincu. La paix revient.
1817 : Le roi Louis XVIII rétablit l’archevêché de Reims.
1821 : Une grande mission est prêchée à Reims (Croix de 20 mètres sur les Promenades). Les petits séminaires se multiplient y compris à Charleville et à Saint-Menehould.
1825 : Mgr de Latil procède au dernier sacre à Reims, celui de Charles X. Cérémonie grandiose.
1830 (juillet) : Brève révolution de trois jours qui prend un caractère anticlérical à Reims (séminaires évacués). Le Prince Louis-Philippe, acclamé par le peuple à Paris devient “Roi des Français”.
Le Cardinal Gousset, archevêque de Reims, favorise le rapprochement de l’élite catholique rémoise avec l’opposition à un régime trop strict et accueille les techniques modernes.
La misère des ouvriers dans le textile ou les caves ne peut plus être soulagée uniquement par la charité mais par l’entraide.
1846 : Une mauvaise récolte fait monter les prix.
1848 (février) : La révolution renverse la monarchie. A Reims le maire Carteret doit démissionner. Dès le 29 février, le Cardinal Gousset fait prier dans les églises pour la République.
A Sedan, les idées modernes sont diffusées pour accorder le christianisme et la démocratie sociale.
La république sociale ne tient pas ses promesses. Des émeutes favorisent l’émergence de Napoléon Bonaparte qui devient Prince-Président puis empereur. Le clergé se rapproche de lui.
De nouveaux moyens de transport se développent (canaux et chemins de fer). La modernisation de la métallurgie et du textile amène une révolution industrielle, avec concentration d’ouvriers dans les quartiers pauvres et insalubres.
1858 : Napoléon III est acclamé à Reims. Dans la vallée de la Meuse, les ouvriers sont volontiers socialisants.
1870 : À la suite de l’invasion de la France par les armées prussiennes, Napoléon III est vaincu à Sedan et fait prisonnier. L’Empire s’écroule. La France est occupée. Le gouvernement se réfugie à Bordeaux. Après les violences de la Commune à Paris, un gouvernement légal s’y installe qui aboutira à la III° République en 1875.
Dans les Ardennes, la métallurgie et la verrerie prospèrent. La Champagne lutte contre son déclin en raison de la crise du textile. Le socialisme s’oppose au catholicisme social dont la doctrine s’affirme.
1875 : Arrivée à Reims de Monseigneur Langénieux.
Réflexions de Léon Harmel et Albert de Mun, industriels du textile à Warmeriville, près de Reims, qui veulent instaurer un démocratie sociale (ce sont les ouvriers qui gèrent les premières caisses d’allocations familiales) mais dans une usine les ouvriers sont des chrétiens reconnus.
Chaque année, il va à Rome avec un pèlerinage d’ouvriers. Il s’entretient avec le Pape Léon XIII qui s’inspire de cette expérience dans l’Encyclique Rerum Novarum (1891).
Notre-Dame de l’Usine et de l’Atelier, confrérie qui va s’entourer d’œuvr sociales : médecins gratuits, recherche de travail…
1892 : Le Pape exhorte les catholiques français à se rallier à la République.
1896 : Pour favoriser leur rapprochement, le Cardinal Langénieux organise de grandes fêtes à Reims pour le XIV° Centenaire du Baptême de Clovis :
* l’église Sainte Clotilde est construite comme mémorial (1898)
* la cathédrale est électrifiée
* la statue de Jeanne d’Arc, est inaugurée sur le Parvis par le Président de la République (Félix Faure).
* un jubilé draine de nombreux pèlerins et congressistes dans la ville tout au long de l’année.
1905 : La séparation de l’Eglise et l’Etat s’opère dans des conditions difficiles.
1914 : L’union sacrée des Français se réalise face au danger.
Le 19 septembre 1914, l’échafauda de la Tour Nord et la charpente du grand toit brûlent suite aux bombardement d’obus incendiaires.
De toute la France et du monde s’élèvent des protestations indignées. La ville est gravement endommagée par les bombardements, la basilique Saint-Remi aussi. La population se réfugie dans les caves de champagne comme l’administration et les écoles. La campagne est marquée par la guerre de tranchées. La reconstruction sera longue mais signe de volonté tenace.
1938 : Inauguration de la Cathédrale reconstruite.
Le Congrès des Œuvres voit s’échanger les premières expériences de ce qui deviendra l’Action Catholique.
13 mai 1940 : De la Belgique par Sedan, les armées allemandes pénètrent en France.
Au terme de quatre années d’occupation et de résistance, Reims et la Champagne sont libérées. Le Général Eisehower a installé son QG au lycée technique de Reims. C’est là que sera signée la capitulation allemande le 7 mai (à Berlin, le 8 mai 1945).
1962 : Le 8 juillet, la cathédrale reconstruite est devenue le symbole de la réconciliation franco-allemande. Monseigneur Marty reçoit le Général de Gaulle et le chancelier Conrad Adenauer.
1968 : Des bénédictines de Vanves s’installent à Saint-Thierry, réalisant un projet de Monseigneur Marty, nommé Archevêque de Paris.
1978 : Fondation du Carmel de la Fontaine-Olive dans les Ardennes.
1990 : Monseigneur Balland engage la réflexion autour du XVème Centenaire du Baptême de Clovis. En visite ad limina, il convie le pape Jean-Paul II à Reims en 1996.
1996 : Monseigneur Gérard Defois accueille Jean-Paul II à l’occasion du XVème centenaire du Baptême de Clovis.
1999 : Monseigneur Thierry Jordan est nommé Archevêque de Reims.

Nous contacter

Laissez nous un message !

En cours d’envoi
Diocèse de Reims - 2016 © Corinne Salmon - Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?