L’Évêque Saint Remi


Reims était la métropole de la province romaine de Belgique seconde, qui comprenait onze autres cités : Soissons, Châlons, Vermand, Saint Quentin, Senlis, Beauvais, Amiens, Arras, Therouanne (près de Saint-Omer), Boulogne, Cambrai et Tournai.

Même si le titre d’archevêque n’existait pas encore, l’évêque de la métropole exerçait une influence certaine sur toute la France du nord et une partie de la Belgique d’aujourd’hui ; cela résultait de la permanence des cadres administratifs de l’Empire et de l’antériorité de l’évangélisation : l’Église de Reims était l’Église-mère, Saint Remi était son quinzième évêque. D’après la tradition, il aurait été élu dès l’âge de 22 ans (aux alentours de 460) par le clergé et le peuple. C’est plausible en raison de sa naissance dans une riche famille de l’aristocratie gallo-romaine (la noblesse sénatoriale a occupé plusieurs sièges épiscopaux de la province).

Remi était neveu, frère et oncle d’évêques. De plus il était pieux et cultivé. Ses talents d’orateur faisaient l’admiration de ses contemporains. En ces temps troublés où les évêques étaient devenus les défenseurs des cités, il valait mieux avoir une puissante parenté et un caractère bien trempé. Mais cela ne pouvait produire des fruits sans la charité.

Dès l’accession au pouvoir du jeune roi Clovis, nouveau maître de la Belgique seconde, l’évêque Remi entra en relation amicale avec lui et lui donna des conseils de bon gouvernement.

“Soyez le Père et le protecteur de votre peuple, écrivait-il à Clovis au moment où il devint roi. Allégez autant qu’il vous sera possible le fardeau des impôts que les besoins de l’Etat rendent nécessaires. Consolez et soulagez les pauvres, nourrissez les orphelins, défendez les veuves ; ne souffrez point d’exaction”.

Secondé par l’épouse catholique de Clovis, la reine Clotilde, il entreprit de le convertir. Le roi Franc fut long à se décider. Ses dieux l’avaient jusqu’alors comblé de succès, un roi germanique passait pour avoir leur sang dans les veines. Pouvait-il les renier, au risque de s’aliéner la fidélité de ses guerriers ? Les textes concordent pour montrer que Clovis hésitait à donner sa foi au Messie crucifié.

Pour l’historien Grégoire de Tours (+594), tout a basculé au moment d’une guerre contre les Alamans. Clovis voulait une preuve : dans l’angoisse d’une défaite, l’invocation de “dieu de Clotilde”, quand les siens semblaient l’abandonner, le persuade de la puissance du Christ.

Après un pèlerinage à Tours, sur le tombeau de saint Martin, il demanda le baptême, qu’il reçut à Noël 496, dit la tradition, à la Cathédrale de Reims, située à l’emplacement de la cathédrale actuelle.

Saint Remi mourut à l’âge de 96 ans, le 13 janvier 532 ou 533, après un long épiscopat de plus de 70 ans. Il est enterré dans une petite chapelle sur laquelle est construite la basilique actuelle. C’est l’évêque Tilpin ou Turpin (+806) qui fit venir des Bénédictins près du Tombeau de saint Remi pour fonder l’Abbaye de St Remi.

 

Il nous reste peu d’écrits authentiques de Remi : ses déclamations ont été admirées de façon savante par Sidoine Apollinaire dans une lettre à Remi élégamment écrite (Livre IX,7) mais elles sont perdues. Quatre lettres subsistent : une contenant sa défense au sujet de Claudius, deux écrites à Clovis Ier et une quatrième à l’évêque de Tongres. Le testament long de saint Remi est apocryphe. Le testament bref, contenu dans certains manuscrits de la Vita Remigii est authentique. Une Vita courte, la Vita brevis, antérieure à Hincmar, a été autrefois attribuée à Venance Fortunat (Venantius Fortunatus). Une lettre félicitant le pape Hormisdas de son élection en 523 est apocryphe. La lettre dans laquelle le pape Hormisdas paraît l’avoir nommé vicaire du royaume de Clovis Ier a été dénoncée comme un faux. On présume qu’il s’agit d’un essai de l’évêque Hincmar de Reims de fonder ses prétentions à l’élévation de Reims à la primauté.

Un commentaire des Épîtres de Paul édité par Villalpandus en 1699 n’est pas de lui, mais d’un autre Remi, évêque d’Auxerre (Encyclopædia Britannica 1911).

 

Nous contacter

Laissez nous un message !

En cours d’envoi
Diocèse de Reims - 2016 © Corinne Salmon - Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?