“1051 – Reims, ville martyre de la Grande Guerre”, en avant-première

Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la Première Guerre Mondiale, vous êtes conviés à la projection en avant-première du film de Pierre Colon :

“1051 – Reims, ville martyre de la Grande Guerre”
le vendredi 5 octobre 2018 à 18H30

Campus Sciences Po – 1, Place Museux à Reims 

La projection sera suivie d’une conférence-débat animée par Jean-François Boulanger, agrégé d’histoire, doyen honoraire de la Faculté de Lettres et Sciences Humaines de Reims avec la participation de Thomas W. Gaehtgens, historien de l’art allemand, auteur de “Reims on Fire”.

Entrée gratuite sur inscription : cliquez ici

Programme de la soirée :
18 h 30 : Accueil
19 h 00 : Mot d’accueil et de présentation de : Tilman Turpin, directeur de SciencesPo Reims – Françoise Gauthier, présidente de l’association “Au Fil de l’Histoire Productions” – Pierre Coulon, réalisateur du film «1051 Jours».
19 h 15 : Projection du film documentaire «1051 Jours»
20 h 20 : Conférence à deux voix par Jean-François Boulanger et Thomas W. Gaehtgens
20 h 50 : Échange avec la salle
21 h 00 : Clôture de l’événement

Pour la première fois, un documentaire relate l’enfer vécu par les Rémois sous les obus, la vie qui continue, se réorganise notamment dans les caves des particuliers et celles des maisons de champagne, illustrant le courage et la résilience de la population.

Au sortir de la Grande Guerre, la majorité des quartiers de Reims ne sont plus que ruines.
1051 jours de bombardements allemands ont meurtri la cathédrale et indistinctement anéanti habitations, usines et monuments. L’ampleur de ces destructions vaut à la Cité des Sacres d’être considérée à l’époque comme “LA ville martyre du premier conflit mondial”.

Quant à sa population, la presse – entre propagande et censure – en a donné pendant la presque totalité de la guerre une image héroïsée, édulcorant par là même ses épreuves. Des milliers d’habitants ont en effet continué, jusqu’à l’évacuation totale de la ville en mars 1918, soit pendant plus de trois ans et demi, à vivre sous les bombes.

C’est à la destruction de la ville de Reims et au sort de ses habitants, malmenés par l’Histoire, que ce film est consacré.

Pierre Coulon, auteur du film, est réalisateur de reportages, de films d’entreprises, de films pédagogiques et autres documentaires. Parmi les documentaires historiques qu’il a réalisés figurent «Mektoub & Le Pont de Witry», l’histoire des Harkis de Reims, ainsi que «La Dignité des Hommes», consacré à Léon Harmel et son usine du Val des Bois.

Pourquoi ce film ?
Comme nombre de Rémois ou d’ex-Rémois, je suis profondément attaché à notre chère ville de Reims. Réaliser un documentaire sur le chapitre le plus tragique de son histoire a été pour moi une façon de lui rendre hommage ainsi qu’à ceux qui nous y ont précédés et qui ont tant souffert durant la Grande Guerre. Redonner vie le temps d’un film à la cité martyre et à ses habitants, notamment par l’image, le son et la parole relayée par des comédiens, tel est l’un des propos du film.

Lutter contre l’oubli et rappeler que la paix est chose bien précaire qui mérite d’être constamment entretenue en est un autre. Faire œuvre de transmission, de mémoire et de pédagogie, c’est ce à quoi je m’attache dans mes documentaires ; celui-ci s’inscrit tout à fait dans cette démarche.

Pour mener cela à bien, j’ai fait appel à une historienne et à cinq historiens qui nous aident à mieux comprendre ce qui s’est réellement joué pendant ces quatre années terribles de bombardements.

Le DVD du film sera disponible sur place.