Mot du 11 novembre

11 novembre 1918 à 11h, les sonneries annoncent la fin de la guerre. L’armistice est signée, c’est la victoire pour notre pays et nos alliés. C’est aussi un soulagement de part et d’autre de la ligne de front.

Cette guerre laisse derrière elle d’incroyables combats et un immense cimetière, sans parler des survivants, mutilés physiques et psychologiques. Nos territoires en gardent la mémoire, Verdun, en un peu plus d’un an 700 000 morts, le chemin des Dames en quelques mois 400 000 morts, et tous les autres lieux, où des hommes par milliers ont laissé leur vie.

Comment cela a-t-il pu se produire, dans une Europe qui pouvait s’honorer d’être l’espace de tant de progrès, de talents et de prouesses, artistiques, scientifiques, de développement que partageaient les différents peuples ?

Quel vide d’humanité, quelle incapacité à se considérer a-t-il donc fallu, pour qu’ entre des nations soeurs, une pareille déflagration se produise, et ce prix à payer qui se compte par millions de vie perdues?

La paix n’attend pas !

Claude Soudant