Communion (Première)

SECTEUR DU RETHÉLOIS

PAROISSES  Ste Anne St Benoît aux portes d’Ardenne St Paul en Retourne

EN VUE DES PREMIÈRES COMMUNIONS: QUELQUES POINTS DE REPÈRES

Lorsque les enfants expriment le désir de faire leur première communion, il leur est demandé d’ avoir fait au moins une année de catéchèse complète, ou d’être des familiers du rassemblement du dimanche, il n’ y a pas d’âge pour faire sa première communion, il est demandé simplement que l’enfant ait l’âge de raison, 7 ans.

– Deux façons de se préparer: 

– Un parcours avec les parents en lien avec le prêtre où une personne qui le représente
– Un parcours dans le cadre de la catéchèse, habituellement en lien avec les 2e année.
Ce parcours consiste en trois rencontres avec un livret d’accompagnement, ou en famille
– Pour tout le monde une journée de récollection sera proposée

– Un livret

où les enfants sont invités à noter sur une dizaine de dimanche ce qu’ils ont vécu dans une eucharistie du dimanche.
Ce livret est remis par un membre de l’Eap, lors d’une eucharistie du dimanche. Il sera bon que l’on fasse appel à des membres différents suivant les dimanches.
Il se fera à la fin de la célébration. Exemple de manière de faire
– Appel de l’enfant par son prénom,
« Tu as demandé à faire ta 1ere communion »
« c’est une démarche importante que nous sommes heureux d’accueillir,
« ce livret t’aidera de dimanche en dimanche à découvrir le mystère de l’eucharistie »
« la communauté marchera avec toi »

– La décision d’un dimanche pour la première communion

Quand l’enfant a terminé le parcours des 3 rencontres, et le livret de découverte de l’eucharistie du dimanche,
il demande à rencontrer la catéchiste ou le prêtre. Les responsables de la première communion sont
pour Ste Anne Laure Oblet 06 87 10 41 42, St Benoît Héliez Pellot 03 24 38 49 82 et St Paul Christelle Dubois 03 24 72 72 09
Cette rencontre se fera en dehors du temps de  catéchèse, La rencontre a lieu avec l’un des parents ou les deux.
L’enfant présente son livret et exprime son souhait de faire sa première communion, la catéchiste où le prêtre accueille la demande, une date est alors envisagée.
Il s’agit moins de valider que de montrer qu’une étape importante va se vivre et cette étape est bien décidée en lien avec la communauté paroissiale.
L’enfant prépare une intervention, ex prière universelle, ou et un mot d’action de grâce.

La célébration de la première communion   « C’est la célébration du dimanche »

Faut-il rappeler que chaque eucharistie est un temps d’action de grâce, que chaque célébration donne d’entrer dans le mystère d’une vie qui s’offre à nous. Il n’y  a pas de messe à rabais.

ILN’ Y A PAS BESOIN D’EN RAJOUTER, ET LA SIMPLICITÉ EN LA MATIÈRE RESTE LE MEILLEUR CHEMIN POUR ENTRER DANS LE MYSTÈRE DE L’EUCHARISTIE.

Ce que je veux dire, c’est qu’une célébration habituelle recueillie, avec une grande qualité de prière,  est tout autant chemin pour entrer dans le mystère de l’eucharistie, qu’un temps solennisé où l’accent est mis sur le caractère festif, ce qui a aussi tout à fait sa place. On peut chanter un alleluia de manière enthousiaste et ne pas avoir capté une phrase de l’évangile, notre assemblée peut-être distrayante au point que les enfants qui sont autour de l’autel, regardent ailleurs que ce qui se passe sur l’autel. À chaque fois il convient de s’interroger comment nous servons le mystère de l’eucharistie, comment nous le célébrons, prêtre en tête?

Ce que je propose: 

– L’enfant  ce jour là vient avec son livret de préparation et son livret de messes.
– Il prend place avec ses parents et la famille au milieu de l’assemblée du dimanche.
– La catéchiste où le prêtre vont les accueillir, soient quand ils arrivent à l’entrée de l’église, soient quand ils sont à leur place. L’événement est noté sur la feuille de messe.
– Ce jour-là on met en place une procession des offrandes, il faut prévoir quelqu’un pour le pain et le vin, ces derniers seront placés sur une table à l’endroit d’où doit partir la procession, la personne (responsable) qui accueille la famille devra y être attentive, et avoir averti si elle n’est pas là, le prêtre ou le « sacristain » À cette procession l’enfant apporte ses livrets, et les présente au prêtre ou au diacre, qui les dépose sur l’autel, ou sur un lieu approprié.
– L’enfant reste autour de l’autel le temps de l’eucharistie.
Il faudra pour cela le préparer, l’inviter à  être attentif aux gestes qui sont faits, aux paroles qui sont dites. À ce moment là ce qui est important c’est ce qui se passe autour de l’autel.
– Pour la communion; Le pain est habituellement donné aux personnes qui sont autour du prêtre, donc, l’enfant qui est là, tous communient avec le prêtre lorsque le prêtre prononce la parole
« que le corps et les sang du Christ nous gardent pour la vie éternelle » tous  répondent « Amen » et communient.
Pour ce geste il faudra préparer l’enfant, pour le reste déplacement dans l’église ce n’est pas utile.

Donc lorsque le prêtre va se présenter pour distribuer le corps du Christ, chacun peut déjà préparer ses mains, et les présenter ouvertes vers le don qui va être fait.
Ce sera une bonne chose d’aider l’enfant à une expression intérieure de désir et d’accueil de Jésus.
Voir le texte ci-dessous, il peut-être donné aux enfants.
– Chants et autres interventions: Bien sûr il est possible de voir comment mettre un chant que les enfants connaissent.
– Ce qu’il ne faut pas faire: Chaque dimanche met en avant un des aspects du mystère du salut, naissance de Jésus, mort et résurrection, ascension, temps de pâques, pentecôte, trinité st sacrement ect … attention, sous prétexte de s’adapter aux enfants, à faire l’impasse sur ce qui va être au centre de la liturgie du dimanche, Ex ne pas avoir un chant sur l’attente de l’Esprit saint lorsque l’on est le dimanche avant la pentecôte. Que chacun en soit convaincu, c’est dans la célébration des mystères de la foi que notre communauté entre elle-même dans son salut. Perdre cela de vue, c’est se priver de l’essentiel.

PRIERE DU PADRE PIO APRES SA MESSE
Restez avec moi Seigneur !
Car il est nécessaire de Vous avoir présent pour ne pas Vous oublier.
Restez avec moi Seigneur !
Parce que je suis faible et j’ai besoin de Votre Force pour ne pas tomber si souvent.
Restez avec moi Seigneur !
Car Vous êtes toute ma vie, et sans Vous je suis sans ferveur.
Restez avec moi Seigneur !
Parce que Vous êtes ma lumière, et sans Vous je suis dans les ténèbres.
Restez avec moi Seigneur !
Pour que j’entende Votre voix et que je Vous suive.
Restez avec moi Seigneur
Parce que je désire Vous aimer et être toujours en Votre compagnie.
Restez avec moi, Seigneur !
Parce que, si pauvre que soit mon âme, elle désire être pour Vous un lieu de consolation, un nid d’amour.
Restez avec moi, Jésus !
Parce qu’il se fait tard et que le jour décline la vie passe, la mort, le jugement, l’éternité approchent. Je crains les ténèbres, les tentations, les sécheresses, les croix, les peines. Oh ! combien j’ai besoin de Vous dans cette nuit de l’exil ! Que la Communion eucharistique soit la lumière qui dissipe les ténèbres, la force qui me soutienne, et l’unique joie de mon coeur.
Restez avec moi, Jésus !
Je ne demande pas des consolations divines, parce que je ne les mérite pas, mais le don de Votre présence. O oui, je Vous le demande.
Restez avec moi, Jésus !
C’est Vous seul que je cherche, Votre Amour, Votre Grâce, Votre Coeur, Votre Esprit, parce que je Vous aime, et ne demande pas d’autre récompense que de Vous aimer davantage.
Amen !Restez avec moi Seigneur !
Car il est nécessaire de Vous avoir présent pour ne pas Vous oublier.
Restez avec moi Seigneur !
Il y a en d’autres, on peut aussi s’inspirer de celles là pour en écrire une autre.