14 septembre, fête de la Croix Glorieuse

Dans la symbolique chrétienne, la croix présente un double visage. Dans le contexte de la passion et de la mort violente de Jésus, les Évangiles évoquent la croix en tant qu’instrument de torture et gibet d’infamie. À cet égard, la croix ne mérite évidemment pas de devenir un objet de vénération.

Très tôt, les chrétiens ont vu dans la croix, plutôt qu’un accessoire meurtrier, l’image du sacrifice par lequel Jésus nous affranchit du péché et de la mort. L’Apôtre Paul, déjà, écrit en conclusion de son épître aux Galates : “Pour moi, il n’y a pas d’autre titre de gloire que la croix de notre Seigneur Jésus Christ” (6.14). Dans l’hymne au Christ qui ouvre l’épître aux Colossiens, on peut lire : “II a plu à Dieu de faire habiter (en son Fils) toute la plénitude et de tout réconcilier par lui et pour lui, sur la terre et dans les cieux, ayant établi la paix par le sang de sa croix” (1,20; cf. 2,13-15). En ce sens, la croix du Christ peut être dite “glorieuse” : telle est la signification de la fête d’aujourd’hui.

L’Évangile de la fête joue sur le double sens du verbe “élever” : élever sur la croix et élever dans la gloire. La référence à Moïse et au serpent d’airain sert ici de parabole prophétique. Dans un autre passage du quatrième Évangile, Jésus déclare ; “Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes”, et l’évangéliste d’ajouter : “Par ces paroles, il indiquait de quelle mort il allait mourir” (12,32-33). En même temps qu’elle donne la mort. la crucifixion symbolise la victoire sur la mort.

La “Croix glorieuse”

Lorsque Jésus en fut chargé pour monter au calvaire, sa croix n’avait rien de glorieux, c’était l’instrument de supplice le plus avilissant. Paul, comme citoyen romain (Ac 22,25), avait eu droit à la forme la plus élégante de mise à mort, l’épée. Mais Jésus n’était qu’un vulgaire condamné, livré a l’occupant romain. Ce fut la grande prouesse de Dieu, que de transformer cet odieux instrument de supplice en croix glorieuse, par la résurrection. Même la croix du bon larron devint glorieuse, car elle fut, elle aussi, porte d’entrée du paradis (Lc 23,43).

Les croix des premières églises étaient glorieuses, comme celle que l’empereur Constantin aperçut dans sa vision. C’était une croix de lumière, signe de résurrection. Plus tard, lorsqu’on représenta le Christ en croix, c’était d’abord comme ressuscité, ou dans l’habit du grand prêtre (He 4,14-15).

Au Moyen-Age, les misères des populations incitèrent à exprimer la solidarité de Jésus avec les souffrances humaines. De symbolique, l’image devint réaliste. Mais le temps est venu de représenter à nouveau le Christ ressuscité et glorieux sur les croix de nos églises.

Une fête très ancienne

Cette fête s’enracine sans doute dans la célébration de la dédicace de la basilique constantinienne du Saint-Sépulcre, le 14 septembre 335. La fête de la dédicace, dont la célébration était marquée par des ostensions de la croix, se transforme rapidement en … fête de la Croix glorieuse.

Dans la liturgie actuelle, la fête de la Croix glorieuse se situe au terme d’un parcours spirituel de quarante jours commencé le 6 août, à la fête de la Transfiguration. La liturgie offre ainsi comme un «carême d’été» qui permet un cheminement au cours duquel les chrétiens sont appelés à progresser pour entrer dans la sagesse de Dieu. Ces quarante jours, vécus à partir de la Transfiguration du Seigneur, sont l’occasion d’approfondir un aspect essentiel du mystère chrétien.

Que nous apprend le langage de la Croix ? Le bois de la Croix rappelle le supplice du Seigneur et apparaît comme un symbole par excellence du Salut en marche. La Croix est le signe éminent de l’amour sauveur de Dieu qui donne sa vie, mais en même temps signe de victoire sur le péché, le mal et la mort, car ce don débouche sur la Résurrection et la gloire. Ainsi, les quarante jours qui conduisent de la Transfiguration à la fête de la Croix, nous incitent à changer notre regard sur la Croix pour y voir le désir de Dieu que «la vie surgisse à nouveau d’un arbre qui donnait la mort».

Au lendemain de la Croix glorieuse, l’Église fête la compassion de Marie, Notre Dame des sept douleurs.

Sources Liturgie Catholique – Croire

 

La fête liturgique de la Croix glorieuse le 14 septembre est l’occasion pour La foi prise au mot de revenir sur le mystère de la Croix. Source KTO :

 

 

 

 

Nous contacter

Laissez nous un message !

En cours d’envoi

Diocèse de Reims - 2016 © Corinne Salmon - Mentions légales

Sacrements diocèse de Reims

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?