La communion

Pour les enfants de tout âge : après l’expérience d’au moins une année de catéchèse et grâce à un parcours adapté, il est possible de communier.

Jésus vient en nous, corps livré par amour, afin que nous aussi nous soyons livrés par amour pour les autres.

Pour les adultes : une rencontre avec un prêtre permettra de discerner un parcours adapté à chacun.

 

L’Eucharistie

 

Eucharistie vient d’un mot grec qui signifie « action de grâce » : louange, action de grâce rendue à Dieu. On désigne plus particulièrement par ce mot, chez les chrétiens, l’action de grâce de Jésus lors de la Cène, dernier repas de Jésus avec ses disciples. Les chrétiens se réunissent pour célébrer Jésus mort et ressuscité, pour associer à sa vie nouvelle tous ceux qui y communient dans la foi.

L’Eucharistie, troisième sacrement de l’initiation chrétienne, est le seul sacrement accompli par Jésus lui-même. Elle a été instituée lors de la Cène. Ce geste est particulièrement commémoré lors de la célébration du Jeudi saint où le Christ s’offre à son Père.

L’Eucharistie structure la vie chrétienne, elle la ponctue, elle est la respiration dans la vie spirituelle. C’est une actualisation de la Pâque et non pas sa répétition ou son simple souvenir. L’Eucharistie, ou la messe, est un rappel de la dernière Cène, de la mort et de la résurrection de Jésus Christ.

La consécration à la messe est réelle. Pour les catholiques, le pain et le vin deviennent vraiment le Corps et le Sang du Christ. La messe est offerte à Dieu le Père comme geste d’offrande. L’Eucharistie est une nourriture donnée par Dieu aux hommes afin qu’ils vivent de lui.
Un chrétien doit se préparer à recevoir le Corps du Christ pour la première fois. Ensuite, il est invité à communier à chaque eucharistie, particulièrement le dimanche.

Eucharistie et sacrement du pardon sont des sacrements que l’on reçoit fréquemment pour nourrir sa vie chrétienne.

 

———————————————————————————————-

 

Suite à la multiplication du pain pour le corps, Jésus promet un autre pain. « Je suis le pain vivant descendu du ciel. Qui mangera de ce pain vivra à jamais … Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle … il demeure en moi et moi en lui » (Jn 6 51-54-56).

Les chrétiens rassemblés autour du prêtre vivent dans l’Eucharistie ce que Jésus a vécu avec ses amis, la veille de sa mort. Au cours du dernier repas pascal pris avec ses plus proches amis, Jésus, prenant du pain et du vin, a dit : « Mangez, ceci est mon Corps. Buvez, ceci est mon Sang ». Puis il a ajouté à l’adresse de ses Apôtres : « Faîtes ceci en mémoire de moi » (Luc 22 19). Sous forme de pain et de vin consacrés, Jésus demeure sensiblement et réellement présent. En consommant ce pain eucharistique, le croyant permet à Jésus d’être présent en sa vie et de s’unir à celle des autres. Ainsi Jésus communie les croyants qui le reçoivent.

Comme tout sacrement, l’Eucharistie comporte un signe : le pain et le vin. Un serviteur du Christ, le prêtre, une Parole, celle transmise à la Cène, enfin des gestes : le célébrant donne le Christ, les croyants le reçoivent. Ainsi les croyants forment-ils ensemble le Corps vivant du Christ qu’est l’Église.

La communion ne peut être isolée de l’ensemble de la Messe, ou Eucharistie. Les chrétiens rassemblés reçoivent aussi la Parole pour nourrir leur esprit et leur âme. L’Eucharistie est le mémorial de la Pâque du Christ. En communiant à l’hostie, on communie à la vie, la mort et la Résurrection du Christ. Et de cette façon, lorsque le Christ offre sa vie à son Père, Il offre aussi la nôtre unie à la sienne. Avec St Paul, il nous est aussi possible de dire : « Ce n’est pas moi qui vis (seul), mais le Christ qui vit en moi ».

Père Lucien Marguet