Les jeunes du diocèse de Reims aux JMJ : dernier week-end et envoi

Nous y voilà donc. Enfin. Le grand moment. La grande rencontre. Celle que cette génération attend. Celle qui devra l’appeler à prendre sa place dans le monde, à oser, enfin, se lever. Après deux semaines où nous nous sommes préparés à travers les temps forts, les épreuves et les rencontres, la jeunesse du monde entier va finalement rencontrer le successeur de Pierre, François.

Toute la journée du samedi est réservée pour la route vers le campus misericodiae où aura lieu le week-end. Il est situé à quelques kilomètres au sud-est de Cracovie à l’opposé de Libiaz où nous sommes accueillis. Le rendez-vous est donné pour 8 h 45 avec les affaires prêtes pour les 2 jours qui nous attendent. Nous avons ensuite la messe en français avec le diocèse de Pontoise et son Évêque qui se termine vers 11 h 00. S’ensuivit une grosse heure de route en car jusqu’à notre point de relâche. Nous avons heureusement des cars polonais grâce à l’une de nos familles d’accueil qui nous les met à disposition. Nous sommes lâchés sur la route où des millions de pèlerins se retrouvent pour faire les derniers kilomètres à pied et ne pas trop encombrer les voies d’accès.

Nous nous mettons donc en route par fraternité (petit groupe de partage) avec entrain et sous un grand soleil. Les voies d’accès sont très bien indiquées et rapidement nous rejoignons les longs cortèges de jeunes qui répondent à l’appel de François. L’ambiance est joyeuse. Le ravitaillement est plus compliqué. Nous devons récupérer de la nourriture pour 4 repas et notre nombre rend cela plus complexe. Après avoir reçu nos rations – certains en profitent pour déjeuner – il est déjà trois heures. L’arrivée se fait en groupe dispersé entre 15 h 00 et 18 h 00 dans la zone B6 où nous sommes attendus. La chaleur rend tout plus malaisé. Nous nous installons rapidement afin d’être sur d’être à coté les uns des autres. Nous sommes entourés de slovaques, de latinos des États-Unis, de néerlandais et de français. Les groupes de louanges se suivent sur la scène et nous font découvrir des musiques venus du monde entier alors que nous attendons le Saint Père. Il ne se fait pas tant attendre que cela et vers 19 h 00 commence la soirée de prière qui démarre par les témoignages d’un jeune syrien, d’un ex-drogué et d’une jeune qui a découvert la miséricorde de Dieu, témoignage déjà entendu lors du chemin de croix de la semaine précédente à Lodz. Puis le pape prend la parole et reprenant les témoignages des trois jeunes nous exhorte avec des mots très juste à sortir de nos «canapés», de derrière nos écrans, à enfiler nos «chaussures à crampons» pour changer le monde. Quel enthousiasme ! Quel courage ! Le pape vise juste dans ses paroles, il nous remet face à nos responsabilités et nos fuites. La soirée continue avec la distribution de bougies pour un magnifique temps d’adoration du Saint Sacrement sous le soleil couchant. Un concert de louange a ensuite lieu avec, en première guest-star, Suor Christina. Certains préfèrent prier autour des bougies encore allumées, partager sur les paroles reçus du pape ou en profiter pour diner. L’ambiance est plus recueillie, favorisée par une chaleur plus supportable.

Vers 23 h 00 le concert prend fin et beaucoup profitent de la soirée alors que certains commencent à se mettre dans leur sac de couchage. Vers 1 h 00 l’énorme campement est (plus ou moins) silencieux …

Le réveil du lendemain en musique a lieu tôt mais est relativement agréable. S’ensuivent des groupes de musiques italiens et des EAU, des vidéos du pape (entre autre sur la maison commune), des présentations de saints et diverses prises de parole … Pendant ce temps là on s’active à petit-déjeuner, à commencer à ranger les lieux, alors que dès 8 h 00 la chaleur se fait suffocante. Le pape passe dans l’allée délimitant notre carré pour rejoindre la scène et c’est pour tous l’occasion de voir François à quelques mètres. La rumeur de la foule monte : ce n’est pas pour le speaker qui prône la paix en Terre Sainte mais pour le pape qui se joint à nous.

La messe commence un peu avant 10 h 00 alors que nous enchainons les packs d’eau et prions pour que les quelques nuages parviennent à bloquer durant quelques minutes les rayons du soleil. Physiquement la messe est éprouvante malgré la magnifique homélie de notre pape sur les peurs qui peuvent nous empêcher de chercher le Christ. Chacun se protège comme il peut du soleil mais l’on voit apparaître les premiers signes de malaises. À la fin de la messe nous partons rapidement en fraternité pour essayer d’échapper à la cohue. Les plus sensibles se remettent de leur coup de chaud et repartiront plus tard. Après quelques heures de marche sous le soleil puis la pluie nous retrouverons les cars polonais vers 17 h 00. Nous rejoignons nos familles d’accueil le temps d’une bonne douche, d’un dernier repas, de derniers cadeaux et de longs adieux.

Le rendez-vous est donné pour 20 h 00 à la paroisse où nos cars français nous attendent pour rentrer à la maison. Les partages continuent dans le car jusqu’à ce que le sommeil prenne le dessus. Après un dernier arrêt et un dernier prêche du Père Stephan et de Mgr Feillet sur les façons de continuer à la suite de Jésus dans le quotidien que nous nous apprêtons à retrouver, c’est lundi à 16 h 15 que nous retrouvons notre belle cathédrale. Les adieux entre JMJistes sont longs et déchirants. Vraiment nous avons vécus une aventure particulière, car Jésus en était le centre. Les promesses de ces deux semaines pour chacun sont belles et nous repartons avec l’assurance que le Seigneur nous accompagne sur nos chemins de vies. En avant, allons changer le monde, c’est là où Dieu nous attend !

Un grand merci de nous avoir suivis au cours de ces très belles semaines et à très vite pour de nouvelles aventures à la suite du Christ !

Pour la communication du groupe JMJ

 

Augustin et Élie

 

[g-slider gid= »8346″ width= »800px » height= »534px »]