Clarisses : fête de la Sainte Claire

À l’occasion de la Sainte Claire, les Sœurs Clarisses vous invitent à les rejoindre pour fêter leur Sainte patronne, les :

vendredi 10 et samedi 11 août 2018

au Monastère Sainte Claire – 2 rue Pierre Bérégovoy à Cormontreuil

Vendredi 10 août :

  • 17 h 30 : Vêpres festives
  • 20 h 15 : Transitus

 

Samedi 11 août :

  • 8 h 00 : Louanges du matin (laudes)
  • 11 h 15 : Eucharistie festive suivie du verre de l’amitié
  • 15 h 00 : Prière du milieu du jour
  • 18 h 00 : Prière du soir (vêpres)
  • 20 h 15 : Complies.

 

Qui était sainte Claire ?

 

Canonisée seulement deux ans après sa mort, Claire d’Assise a vécu, à la suite de saint François d’Assise, la pauvreté radicale, une profonde humilité et une confiance totale en Dieu. Née en 1193, Claire d’Assise est issue de la riche aristocratie italienne qu’elle quitte pour adopter le mode de vie de François d’Assise. Pour cela, elle renonce à épouser l’homme important que ses parents lui destinent. Et quitte le foyer familial à l’âge de 18 ans pour se consacrer à sa vocation. Elle rejoint en secret les frères mineurs dans la petite église de Portioncule, le soir des Rameaux, en 1211. Sainte Claire laisse François d’Assise lui couper les cheveux. Elle revêt l’habit de pénitence de toile rêche. C’est à cet instant qu’elle devient l’épouse du Christ et lui consacre entièrement sa vie.

Claire d’Assise trouve en saint François un maître et développe avec lui une profonde amitié fraternelle et spirituelle. Ce dernier écrit d’ailleurs “Il est beau de pouvoir aimer sur terre comme on aime au ciel, et d’apprendre à s’aimer en ce monde comme nous le ferons éternellement dans l’autre”.

Dans ses lettres à Agnès de Prague, fille du roi de Bohème, qui souhaite suivre ses traces, elle parle de Jésus avec des expressions nuptiales. Elle évoque l’Amour suave de Dieu et son charme exquis, “Il vous serre déjà dans ses bras, lui qui a orné votre poitrine de pierres précieuses”.

Après une première expérience monastique de quelques mois, claire s’établit avec ses sœurs dans un petit couvent que les frères mineurs ont organisé à leur intention dans l’église Saint-Damien. Elle y mourra en 1253, ayant été la première femme à avoir rédigé une règle écrite. Cette règle soumise à l’approbation du pape, veillait à ce que le charisme de saint François d’Assise soit conservé dans les communautés féminines de plus en plus nombreuses.

La vie de communauté s’organise autour du travail de leurs mains (elles ne reçoivent pas de dons), dans une radicale pauvreté (elles ne peuvent posséder aucune propriété matérielle), une profonde humilité, et la confiance totale dans la Providence divine. Cette confiance et la foi de la sainte est si forte que des faits prodigieux surviennent. Par l’ostentation du saint sacrement, elle éloigne des mercenaires sarrasins sur le point d’attaquer le couvent de Saint-Damien et de piler Assise. Cela pousse le pape Alexandre IV à la canoniser deux ans après sa mort, en 1255.

Source Croire

 

En savoir plus : http://clarisses-cormontreuil-catholique.fr/qui-sommes-nous/saint-francois-et-sainte-claire

 

 

 

 

Nous contacter

Laissez nous un message !

En cours d’envoi
© Diocèse de Reims - 2016
Monastère invisible du mois

Télécharger la fiche du mois de juin :

Monastère invisible JUIN 2018

 

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?