Clarisses : fête de Saint François

À l’occasion de la Saint François, les Sœurs Clarisses vous invitent à les rejoindre, les :

mercredi 3 au soir et jeudi 4 octobre

au Monastère Sainte Claire – 2 rue Pierre Bérégovoy à Cormontreuil

Mercredi 3 octobre :

  • 18 h 00 : Vêpres festives
  • 20 h 15 : Transitus

 

Jeudi 4 octobre :

  • 11 h 15 : Eucharistie suivie du verre de l’amitié

VENEZ NOMBREUX VOUS RÉJOUIR AVEC NOUS !

 

___________________________________________________________________

 

Qui était Saint François ?

 

Né en 1181 à Assise, mort en 1226, François a épousé une vie radicalement pauvre mais joyeuse, à l’image de celle de Jésus et a vécu dans la louange de la création. Fondateur de l’ordre des frères mineurs (franciscains) et de la langue italienne il est aussi l’inventeur de la crèche. C’est un des saints plus populaires du christianisme.

C’était il y a 8 siècles. François Bernardone est un jeune homme à qui tout sourit. Son père ne lui refuse rien. Adulé par la jeunesse d’Assise dont il est le roi, il rêve exploits chevaleresques et mariage princier mais tous ces beaux projets s’écroulent les uns après les autres …

… défaite militaire d’abord, prison ensuite, puis la maladie.

Un nouveau François naît alors dont le regard intérieur s’affine. Que découvre-t-il ? Pour cela, il nous faut évoquer la réalité du XIIIème siècle.

Les villes «explosent» comme on dirait maintenant, sous l’effet du commerce qui refleurit après des siècles d’insécurité. Les riches s’enrichissent, les pauvres s’appauvrissent et sont réduits à la mendicité. Partout, l’argent règne en maître. Tout, ou presque tout s’achète … sauf le bonheur. Quelle parenté avec notre petite planète emportée dans une fuite en avant vers un «toujours plus» ! Pour comble de malheur, l’Église sombre dans le même tourbillon ; elle est riche, très riche et vacille, loin de la sève évangélique.

C’est dans ce contexte que le jeune François découvre le vide radical de ce «toujours plus». Son cœur est mûr pour s’éprendre éperdument du Christ pauvre. La princesse qu’il rêvait d’épouser s’appellera «Dame Pauvreté» … qui l’entraîne à se dépouiller entièrement, laissant toute la place à l’amour. Le cœur libre, il peut accueillir tout et tous comme des dons divins et découvrir le lien fraternel qui l’unit à la création entière. Bientôt, les collines d’Assise et d’ailleurs l’entendront chanter et louer son Seigneur «pour frère soleil, sœur eau … » Il veut être, dit-il, «le jongleur de Dieu qui élève le cœur de l’homme et l’amène à la joie».Très vite, cette joie se répand en paroles brûlantes d’amour qui bouleversent les foules et amorcent dans l’Église un profond mouvement de conversion.

François a aussi un amour extraordinaire pour la création. Innombrables sont les récits de ses rencontres amicales avec des oiseaux, poissons, lièvres, moutons, faucon, et même un loup…. Se comportant comme un frère de toutes les créatures, il en communique une grande joie du cœur. Sa prière est à la fois traditionnelle et renouvelée, fondée sur l’Écriture Sainte et la liturgie, mais aussi, familière, simple, émerveillée à l’égard de Dieu.

Elle contemple sans cesse l’amour de Dieu manifesté dans la création et le mystère de Jésus sauveur par sa Passion. Elle le marquera tant que son corps, les dernières années de sa vie, recevra les plaies du Christ. Dépouillé de tout, presque aveugle mais entouré de ses frères, il sera déjà considéré avant sa mort comme un saint. La rapide expansion de la famille franciscaine ne fera que contribuer à la diffusion large de ses idées et en imprégnera l’Église entière.

Sources Sœurs Clarisses – Croire

 

En savoir plus : http://clarisses-cormontreuil-catholique.fr/qui-sommes-nous/saint-francois-et-sainte-claire

 

 

 

 

Nous contacter

Laissez nous un message !

En cours d’envoi
© Diocèse de Reims - 2016
Monastère invisible du mois

Télécharger la fiche du mois de novembre 2018 :

MI nov 2018 21

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?