Y-a-t-il de la place pour de la gratuité dans nos vies ?

Tel sera le thème de la prochaine Saint-Vincent, le 22 janvier prochain.

La fête de la Saint-Vincent sert aussi à faire le point.

Les belles rencontres vécues en ces moments-là permettent de constater que ce qui a de la valeur n’est pas monnayable et qu’à l’inverse nous sommes capables de partager et d’échanger gratuitement.

Le monde paysan est directement concerné par le souci du lendemain : les viticulteurs sont cocréateurs d’un monde en devenir et également porteurs d’une espérance. 2018 a vu des vendanges étonnantes, exceptionnelles, par leur précocité et leur qualité.

Inutile de chercher quelques grains de pourriture dans les cagettes, le botrytis est était totalement absent. La quantité fut également présente et beaucoup de viticulteurs ont pu reconstituer les stocks de blocage qualitatif.

Après une année 2017 difficile, c’est à la fois rassurant et encourageant. Au regard de cette année, nous sommes invités à nous interroger. Notre émerveillement suscite-t-il notre reconnaissance ? Certes, le travail et les efforts contribuent au résultat, mais il nous faut mesurer jour après jour, le don que représente cette Création au milieu de laquelle nous avons été placés.

C’est bien l’histoire imagée et poétique de la Genèse : «Dieu vit tout ce qu’il avait fait. Voilà, c’était très bon.» Nous devons reconnaître la dimension du don gratuit des bienfaits de la nature : ce monde et toutes ses possibilités, la vie et même notre capacité à gérer tout cela, par notre intelligence et notre volonté. «Y a-t-il de la place pour la gratuité dans nos vies ?»

Soyons vigilants : nos vies sont de plus en plus habitées par le calcul, un calcul intéressé. Calcul à propos de l’argent, calcul à propos du temps. Calculer n’est pas mauvais en soi, c’est le signe d’une volonté et d’une intelligence qui s’efforcent d’être efficaces et de développer la vie. Mais poussée au bout et à l’excès, cette logique peut dessécher nos relations humaines, notre humanité. Dans les relations de travail, les relations commerciales, les relations familiales, les relations sociales au sein des villages, la qualité se mesure aussi à la qualité humaine qui se vit à ces moments-là : respect, reconnaissance, confiance, service.

Nous avons tous autant besoin d’amitié que d’argent. Les biens matériels ne sont que des moyens pour permettre la rencontre et la fraternité. «Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement

Voir les horaires des festivités de la Saint-Vincent

ÉCHOS DE LA COMMISSION VITICOLE 2018/ SAINT-VINCENT 2019,
Synthèse d’Elisabeth Joubert

 

 

Nous contacter

Laissez nous un message !

En cours d’envoi
Diocèse de Reims - 2018 © Corinne Salmon - Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?