Inversion des valeurs

Inversion des valeurs

Père Jacques Nieuvarts
Jacques Nieuviarts, assomptionniste,
conseiller éditorial de Prions en Église

Jésus prend le tablier ! Lui, le maître, lave les pieds de ses disciples ! Il nous parlait bien du Royaume, du grain jeté en terre et qui meurt. Mais, là, en s’appropriant le geste de l’esclave, il franchit les limites. C’est l’inversion des valeurs.

Le pouvoir humain n’a plus de sens s’il ne devient pas service. Jésus se déshabille, comme pour faire comprendre à ses disciples que, quelques heures plus tard, ses vêtements lui seraient arrachés et sa vie donnée, en totale liberté. Nous n’osons entrevoir le châtiment terrible que les Romains ont imaginé pour humilier et faire taire les opposants. Mais Jésus ne s’oppose pas. Il dit simplement jusqu’où va l’amour du Père dont il est le témoin, sans défense ! Il fait ce qu’il a vu faire du Père : « Le Fils ne peut rien faire de lui-même, il fait seulement ce qu’il voit faire par le Père ; ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement » (Jn 5,19).

Il faut comprendre jusqu’où va l’amour du Père quand il prend nos chemins d’humanité. Autre regard, autre vision de Dieu. Conversion totale. Pour entrer dans la joie pascale.