Intention de prière du pape pour août 2019

« Pour que les familles, par une vie de prière et d’amour, deviennent toujours davantage « laboratoire d’humanisation ». » C’est l’intention de prière du pape François pour le mois d’août 2019.

Voici l’éditorial du p. Daniel Régent sj, directeur national du Réseau mondial de prière du pape en France (RMPP).

Des familles pour progresser en humanité

En ce mois d’août, au cœur de l’été, nous prions « Pour que les familles, par une vie de prière et d’amour, deviennent toujours davantage « laboratoire d’humanisation. » »

En mettant le mot ‘famille’ au pluriel, l’intention que le pape donne en ce mois d’août s’ouvre indistinctement à toutes les situations familiales. Il suffit d’ouvrir les yeux pour constater l’extrême variété des réalités que vivent enfants, parents, ascendants, collatéraux. Les séparations, recompositions, deuils, situations particulières sont réelles. Les pratiques culturelles pour permettre aux enfants de grandir sont aussi variées. La santé, les situations économiques jouent aussi un rôle important.  L’intention ne juge pas, elle accueille ce qui est donné. Parler de famille c’est aussi parler de générations et de relations intergénérationnelles.

Familles est donc au pluriel, mais laboratoire est au singulier. Chaque cellule familiale est un laboratoire. Les familles dans leurs relations mutuelles le sont aussi. Le mot ‘laboratoire’ a été préféré au mot ‘école’. Il souligne la dimension expérimentale ; il faut apprendre de l’expérience et tirer profit. À l’école il y a des professeurs et des élèves. Au laboratoire il n’y a pas cette distinction même si tous n’ont pas le même rôle. Chaque équipe a son objectif et sa manière de faire et les différentes équipes peuvent échanger leur savoir-faire et s’enrichir mutuellement. Dans la vie, si les enfants apprennent de leurs parents, ceux-ci apprennent leur métier de parents sur le tas.

Le dernier mot de l’intention est ‘humanisation’. Il ne suffit pas d’être né, il faut apprendre, à travers les expériences vécues, à devenir véritablement humains envers ses parents, ses frères et sœurs, ses aïeux, envers ses parents lorsqu’ils prennent de l’âge et deviennent dépendants. Humains, c’est-à-dire en relation constructives les uns avec les autres. Les cellules familiales ne sont pas faites pour rester repliées sur elles-mêmes. Humanisation suppose socialisation. La vie nous dit bien que c’est une aventure jamais finie.

Que les familles deviennent laboratoire d’humanisation. Les deux mots sont importants. Si nous devenons humains en vérité, nous serons aussi un véritable laboratoire. Un laboratoire peut aussi s’aventurer dans des expériences folles et perdre le sens de ce pour quoi il est fait. C’est toute la société qui en sera pénalisée.

Les moyens évoqués pour parvenir à un tel résultat sont la prière et l’amour. Ce sont des moyens fragiles et cependant puissants. La prière nous apprend à ne pas prendre la place de Dieu sans cependant démissionner de nos responsabilités. Elle apprend l’humilité. L’amour véritable quant à lui préserve le respect et la liberté de l’autre. Les cellules familiales tissent le tissu social. La prière et l’amour sont des fils précieux de ce tissu.